Extraits de livres ésothériques

Fragments de G’harne

Loué soit Azathoth ! Louée soit la sphère qui se fusionne ! Tes enfants attendent le nouveau soleil qui indiquera l’avènement . Les étoiles tourneront dans le ciel alors que la terre et tout ce qui s’y trouve s’immobilisera. Azathoth et ses enfants régneront alors sur la terre indéfiniment !

Les manuscrits Pnakotiques

Au-delà de la lointaine Yuggoth, dans le ciel lointain, mais pas assez lointain pour être à une distance raisonnable et sûre, tournent les ennemis de la Terre. Les Anciens avaient appris le moment où les Shogotths se retourneraient contre eux. Les Maudits savaient quand leurs villes tomberaient. Les Hommes Serpent avaient prédit quand ils seraient poussés sous terre par le cataclysme. Et les races encore à venir le sauront aussi.

Les écrits de Ponape

L’étendue noire des océans s’est levée sept fois jusqu’alors, toujours accompagnée d’un soleil immobile qui brûle étrangement au dessus d’une mer silencieuse.

Révélations de Glaaki

Quand Celui qui Marche dans les Ténèbres reviendra, les murs trembleront. L’illusion disparaîtra. Les hommes, tremblant de terreur, préféreront se détruire eux-mêmes plutôt que d’affronter les dieux au combat. Lorsque la graine fleurira, ils seront figés dans l’espace et le temps, jusqu’à ce que le Chaos venu de l’abyme du temps les dévore en silence.

Recherches sur la cosmologie

Grèce Antique – Croyances

Il existe une tradition grecque qui mentionne qu’un cycle sera complété lorsque toutes les planètes retourneront à leur place initiale. Cela sera suivi d’un Kataklysmos (déluge) et d’une Ekpyrosis (combustion). Héraclite d’Ephèse enseignait que le cycle durait 10800 ans tandis qu’Aristarque de Samos estimait plutôt qu’il était de 2484 ans. Les Stoïciens croyaient également à des conflagrations périodiques.

Les âges terrestres

Hésiode croyait qu’il existait 4 âges de l’homme, tous achevés. Cela correspond à certaines croyances encore en vigueur sur les rives du golfe du Bengale et dans les hauteurs du Tibet. Il existes des références semblables dans le Zend-Avesta de Zoroastre, qui mentionne les 7 âges du monde tandis que les croyances similaires se trouvent également parmi les cultures aztèque, maya et inca. Chaque âge commence et se termine par un grand cataclysme annoncé par toutes sortes de phénomènes, astronomiques entre autres. Les anciennes traditions rabbiniques affirment que le firmament s’effondre tous les 1656 ans, tandis que les traditions arabes et arméniennes mentionnent des durées différentes.

Les âges solaires

De nombreux mythes indiquent l’avènement d’un nouveau soleil à la fin ou au début d’un époque. Cela se retrouve dans les croyances mayas, mais aussi dans le texte bouddhiste Viuddhi-Magga qui indique : « Trois destructions auront lieu : par l’eau, par le feu et par le vent. Lorsque le second soleil apparaîtra, il n’y aura plus de distinctions entre le jour et la nuit, mais une chaleur perpétuelle s’abattra sur le monde. » Les Livres Sibyllins professent l’existance d’un cycle de destruction et de régénération et indiquent que nous en sommes au septième âge sur neuf, croyance également attestée dans certaines tribus du nord de Bornéo.

La suspension du temps et de l’espace

« Il s’écria devant tout Israël : Soleil, arrête-toi sur Gabaon ! Et toi, Lune, fais halte sur la vallée d’Ayallon. Et les soleil s’arrêta, la lune suspendit son cours jusqu’à ce que la nation d’Israël eût  réglé ses comptes avec ses ennemis. C’est bien ce qui est écrit dans le livre du Juste, le soleil s’immobilisa au milieu du ciel et différa son coucher pendant environ un jour entier » (Josué 10:12-13) Par ailleurs, au Mexique, les Annales de Cuautitlan (XVIème siècle) mentionnent « une époque fort lointaine où le temps s’est arrêté et où la nuit a perduré longtemps. »

Colis de Mortimer Braddock

Cher amis,

J’espère que vous allez bien, et que votre voyage jusqu’en Inde s’est bien passé. Si vous avez pu voir Cynthia Baxter et lui faire signer les papiers, profitez de ce passage à l’Ambassade pour me les expédier, j’ai confiance en l’Ambassadeur, c’est un vieil ami.

Vous trouverez 3 choses dans ce colis, une lettre du professeur Dimitri Passelov ainsi qu’un Crucifix. Il pense que celui-ci pourrait vous servir dans vos recherche, mais je n’ai pas compris exactement de quoi il s’agissait.

Une lettre et une fiole qui étaient destinées à Philippe et que m’a confié Angela.

 

Bien à vous,

Mortimer B.

Lettre de D. Passelov

Chers amis,
J’ai perdu votre trace depuis votre passage dans le Montana. Ce que nous observions dans le ciel se déplace et s’écrasera probablement sur terre, en Asie d’après nos derniers calculs. Un indien pâle nous pourchasse depuis Garrisson, c’est probablement lui qui a causé l’incendie de l’Observatoire et Vassily pensait qu’il cherchait quelque chose d’autre, certainement un objet emporté par les créatures qui ont été aperçues dans le ciel ce soir-là dans les montagnes. Nous avons fouillé la région peu après votre départ mais n’avons rien trouvé si ce n’est un endroit ou la nature semblait avoir muté d’une étrange et horrible façon.

J’ai confié cette lettre au Juge Braddock, sur les conseils du médecin de Georges Hazard III, le docteur Von Liepzig après avoir passé quelques jours auprès de votre ami. Il a prononcé un mot qui m’intrigue : Azathoth. Philip semblait dire que cette comète pourrait être liée à tout ceci. Il avait demandé à son ami Wilson de se renseigner, si je ne me trompe pas, il a entrepris un voyage au Tibet dans le but de se renseigner là-dessus. Si tout se passe bien, Braddock devrait vous envoyer également le Crucifix que Vassily avait rapporté de Russie. J’espère qu’il vous parviendra. L’objet pourrait être la raison qui pousse l’indien à nous suivre, je croise les doigts pour qu’il en perde la trace. Faites attention à vous, il est lié à tout ceci, il a un lien avec Eibon. Retrouvez Francis Wilson, il en saura surement plus au sujet d’Azathoth, Philip avait confiance en lui.

Bonne chance !

D. Passelov

Articles du Daily Record, JacksonVille

St Augustine – 23/06 – 2 meurtriers présumés en cavale !

Colin Baxter et Billy Wolf, accusés d’avoir assassiné le père Jorge Garcia la semaine dernière, se sont échappés du commissariat de St Augustine dans la nuit du 21 juin. Aucun bruit, ni aucune dégradation n’ayant été constatée sur place, la police suspecte une aide extérieure. Le lieutenant Simpson indiquait avoir constaté la présence de symboles cabalistiques sur les murs des dites cellules, les locaux ont évoqué l’action d’un obscur prêtre vaudou.

St Augustine – 23/06 – Des coups de feu au vieux cimetière de Wickhampton

Des coups de feu ont été entendus dans la soirée du 21 juin au niveau du cimetière de Wickhampton. Les voisins de l’église disent avoir entendu distinctement plusieurs coups de revolver, et des coups de fusil aux alentours de 23h au niveau de l’église de Wickhampton. On a retrouvé des impacts de balle dans la porte principale de celle-ci, et de grosses tâches de sang maculaient les pavés. Il semble qu’un blessé ait été déplacé. Une Ford noire a été aperçue quittant la scène de crime, mais aucun passager n’a pu être identifié. En revanche, la chaussée semblait avoir subie d’énormes dégâts. Par 2 endroits les pavés étaient affaissés sur 1 mètre de profondeur, sans qu’on puisse expliquer la présence de ces gigantesques trous. La police du comté se chargera d’enquêter sur ces faits étranges.

St Augustine – 24/06 – 3 disparitions étranges

L’inspecteur Morris Packard, ainsi que 2 employés de la ferme d’Alligator située au sud de la ville sont portés disparus depuis le 22 juin. Le neuveu de l’inspecteur prétend qu’il était avec eux au cimetière de Wickhampton lorsqu’ils ont « été aspirés sous terre par d’horribles créatures ». Ces allégations sont à prendre avec des pincettes car le jeune homme n’a plus toute sa tête. Il ne se souvient pas de la raison pour laquelle il aurait été présent lors de la fusillade ayant eu lieu à l’église dans la soirée du 21, il sait juste qu’il a vu des gens sortir du monument, puis que son oncle a été happé dans le sol. Si cette explication semble saugrenue, elle a le mérite d’expliquer pourquoi 2 trous énormes ont été pratiqués dans les pavés dans la ce soir là.

St Augustine – 30/06 – Un large réseau de galeries souterraines découvert

Les trous étranges retrouvés dans la chaussée au niveau de l’église de Wickhampton, ont révélé l’existence d’un gigantesque réseau de galeries qui passerait sous la ville de St Augustine. Celui-ci semble être très ancien, et expliquerait en partie pourquoi la ville est si vallonnée. Les galeries les plus importantes semblent situées au alentours du Castillo de San Marcos.

 

Le Signe Annonciateur – Extraits

[…] La lumière diffuse frappa son visage et Betty hurla à la vue de la gueule pleine de crocs qu’Evan arborait maintenant. La bave dégoulinant sur la partie inférieure de sa mâchoire semblait luire d’une aura verte et une odeur de corps pourrissant remplit la pièce quand il grogna des borborygmes secs et claquants. « Betty qu’y a-t-il ?! »
Il n’y avait plus rien, seulement Evan. Il s’était approché et son visage ravissant, éclairé par la lampe de chevet n’avait plus rien d’effrayant. Il embrassa sa femme sanglotante et se rallongea. Tendant le bras pour éteindre la lumière, sa main passa par le rayon verdâtre que la comète projetait dans leur chambre. La patte griffue et poilue se saisit de l’interrupteur et appuya sur le bouton. A la vue de cet autre cauchemar, Betty s’évanouit, sans un bruit.[…]

Elle préparait le dîner depuis plusieurs heures maintenant. Les assiettes étaient prêtes, les couverts bien disposés, la citronnade sur la table. Les tranches d’agrumes dansaient dans la carafe et Maggy ne pouvait s’empêcher de les regarder s’entrechoquer doucement. L’atmosphère était lourde depuis que la comète était apparue, ce dîner de fête leur ferait à tous du bien. Les enfants étaient rentrés tôt de l’école, ils cherchaient Toby dans le jardin. Il avait encore du s’enfuir, suivant une chienne en chaleur. Tom ne tarderait plus à rentrer. Elle plia les serviettes de table, attendant que la minuterie du four retentisse. Tom passa la porte, posa son attaché-case sur le divan et alors que le carillon sonnait dix-neuf heures appela ses enfants par la fenêtre donnant sur le jardin. Maggy sorti le rôti du four, le posa au centre de la table et rayonnante attendit de voir la réaction de sa petite famille, à la vue du dîner du 4 juillet. Sa fille entra le sourire aux lèvres, hurla et pleura, avant de se jeter dans les jambes de son père. Tom passa devant sa fille, la poussant dans le couloir, il gifla Maggy si fort qu’elle se cogna la tête dans le coin d’un meuble.

Quand elle émergea enfin, la nuit était tombée, aucun bruit ne rythmait la maison. Les lumières étaient éteintes. Elle se releva, la tête douloureuse, Tom lui avait ouvert la lèvre, elle était pleine de sang. La Ford n’était plus dans l’allée de la maison. Elle se précipita dans la chambre des enfants mais ne vit que des commodes et des placards vides. Ils étaient partis, tous les trois, la laissant évanouie dans la cuisine. Elle se débarbouilla dans la salle de bain et redescendit pour boire et verre d’eau et téléphoner à sa belle-mère. Peut-être avait-elle recueilli son mari et ses enfants. Elle alluma la lumière et fut terrassée par la nausée. Entre deux spasmes, les pieds dans son propre vomi, elle ne pouvait détourner les yeux de la tête de Toby, rôtie à point, au milieu de la table. […]

[…] et à travers la fenêtre ainsi créée, il contemplait la destruction de l’Humanité et de son avenir. il avait vu le pouvoir qui en serait la cause, et qui fut la cause de bien des changements dans les temps anciens. Grâce à ce pouvoir, il avait pu ralentir la comète à l’origine de ce désastre à venir, espérant la stopper définitivement. Une fois cette créature prisonnière, sa magie pourrait leur éviter la destruction qui leur était annoncée. […]

Journal du mardi 10 mai 1927

Alvin Beswick, le fossoyeur du cimetière de Swan Point est décédé hier soir, lundi, dans le local de Russell J. Boyle & Son Funeral Home. Des voisins du cimetière disent avoir entendu un coup de feu aux alentours de dix-huit heures. Le corps du malheureux a été trouvé par Mrs Elizabeth R. Jones ce matin alors qu’elle venait, comme à son habitude, fleurir la tombe familiale.
Alvin Beswick s’est éteint dans la fleur de l’âge, il n’avait pas de famille connue. Mr Boyle, l’entrepreneur des pompes funèbres, a indiqué qu’une petite cérémonie en présence de ses collègues et amis aurait lieu mercredi 12 mai à 8h, au cimetière de Swan Point.

Article du XX mai dans le Helena Independent Record

Garrison, un incendie détruit l’observatoire.

Un incendie s’est déclaré le 15 mai dernier à l’observatoire de Garrison. Heureusement les secours sont arrivés rapidement, des locaux qui faisaient une battue en aval ont pu intervenir sur les flammes et éviter que le feu ne se propage dans la forêt alentours. Selon plusieurs témoins, il y avait une fuite dans le réservoir de carburant qui alimentait les générateurs électriques. Le shériff du comté de Lewis & Clark, venu d’Helena, indique que l’incident n’a fait aucune victime, les dégâts sont juste matériels.

L’observatoire a néanmoins été détruit dans l’accident, ainsi que la demeure des deux scientifiques russes qui y travaillaient. Ces derniers sont introuvables depuis les faits. Certains des habitants qui participaient aux secours indiquent également avoir aperçu un indien albinos dans les hauteurs surplombant l’observatoire peu après les faits.

 

De Vermis Mysteriis

 

Ouvrage en latin écrit en 1542 par Ludwig Prinn, un sorcier vivant en Belgique et exécuté à Prague où il écrivit ce livre en prison pendant son procès. Ce livre a été trouvé par la Brigade spéciale dans la bibliothèque du professeur Rigault, un « ténébreux de Loudun ». Epais de plus de 700 pages, et divisé en seize parties.

La première traite des fantômes, zombies et autres morts-vivants, y compris une race étrange de créatures cannibales appelées goule (pallidum).

 » Beaucoup de riches marchands et des fonctionnaires de Paris font partie de ce culte inhumain. Ils se rencontrent en des endroits secrets sous la ville pour festoyer lors d’ignobles cérémonies. La plupart sont devenus des bêtes, autant de forme que d’esprit. Beaucoup ont été arrêtés et jetés en prison. Nous vivons maintenant dans la peur d’être découverts et arrêtés. Une groupe important se faisant passer pour des colons, a pris le bateau pour le Nouveau Monde.  »

L’auteur y explore des sujets tels que Irem la Cité des Piliers, le Sacerdoce de Nephren Ka et les avatars de Nyarlathotep connus en Orient.

Dans la deuxième partie, Prinn parle de ses voyages au Proche Orient et de ses rencontres avec les « djinns« . Dans un de ces chapitres, nommé « les Rites Sarrasins« , il se penche sur l’invocation et le contrôle de ces êtres venus d’ailleurs. Il y consigne de nombreuses formules, chants et incantations capables d’attirer l’attention de ces monstres.

On y retrouve aussi un chapitre important sur les relations existant entre le Panthéon égyptien et le Mythe. On comprend l’importance malsaine de Nyarlathotep sur cette culture et devine la portée de son influence.

Une partie du dernier chapitre traite d’une drogue temporelle bizarre qui altère la perception du temps de celui qui la boit. La même section contient aussi les instructions pour créer le Pentacle Pnakotique.

 

Ctaat Aquadingen

Etude sur la vie aquatique intelligente, XIème siècle

Réveillez-vous !
Vous les êtres sans nom :
Enseignez l’heure de votre venue 
Aux serviteurs que vous aurez élus
Par les sorts et par la magie, 
Par les rêves et par les enchantements, 
Qu’ils accourent à vos pieds, 
Pour l’amour de notre Seigneur, 
Le chevalier vert de KUTHULU,
Profondément endormi, 
Othuum…

Les manuscrits Pnakotiques – Extraits

XVIIIème siècle, traduit en anglais de l’ouvrage Pnakotica.

Et l’homme, après sa naissance, parcourut la surface de la terre, stupide et nu. Les Êtres Ailés venus du ciel lui apportèrent la connaissance qui lui manquait, ce qu’il ne savait pas.

[…]

Il y a les liens qui unissent Cthugha La Flamme Vivante, Aphoom Zhah, le Seigneur de la Flamme Froide, Rhan-Tegoth la Terreur des Hominidés, Rlim Shaikorth Le Ver Blanc et lesGnoph-Kehs.

[…]

Profondément enfoui dans Kled aux mille parfums, ou la vie devient mort, Celui qui porte des horreurs en manteau vert, Celui qui attend dans la clairière, Celui qui se tourne et attend, Celui qui voit et sait, attend le moment venu. Les étoiles tombent, la bête nourrie de pierres erre, et une époque de grands changements s’annonce. Le Gardien de la Clairière connait le lieu et le moment de l’avènement.

[…]

Avant de voyager vers le lieu d’Yibb-Tsll, les prêtres de la Lame d’ivoire doivent être préparés au grand renversement mystique que leur dieu peut faire connaître à ceux qui lui font face. Ils se retrouvent devant le grand bassin face au palais. Ensuite, montrant leur soumission en rampant sur les genoux, ils approchent de leur dieu terrible.

Note en chinois : « Chercher l’Arche de Pierre« .

Notes d’enquête privée : 6 mai 1927

Après nos récentes aventures et leur caractère particulièrement surréaliste, je crains qu’il ne faille prendre cette enquête bien plus au sérieux que nous ne l’avons fait jusque là … Ces araignées préhistoriques ont manqué de coûter la vie à mes deux comparses Georges Hazard III et Melchior Arsimboldo et ont sans doute causé la mort de Philipe Baxter. Pire, il aurait pu mourrir dans son cercueil … mais reprenons les notes dans le bon ordre … il ne faut rien oublier … et je crains malheureusement que certaines choses ne me reviendront pas …

Dimanche 1er mai

Devant s’absenter, mon collègue me confie la nécrologie de Philip Baxter. Dire qu’il fut mon professeur et m’inspira ma passion pour le journalisme. J’ai beau ne pas l’avoir vu depuis longtemps, sa mort m’attriste sincèrement. Son enterrement aura lieu dès demain, mais il me reste le temps de retrouver mes amis pour une soirée commémorative au Triggs Memorial.

En fin de soirée, l’alcool aidant peut être, nous croyons tous avoir vu un fantôme. Je rigole encore à l’écriture de ces lignes. Un fantome … quelle blague. Enfin une blague qui m’aura valut une des pires nuits de ma vie. Un fantome que nous avons tous les trois vus, moi, Chester Himes  et Melchior… Une blague qui aurait été bien bonne s’il avait s’agit d’un tour du magicien… mais au fracas de la bouteille d’alcool qu’il laissa tomber au sol, je doute qu’elle en soit une … Non, à l’écrire, j’en suis encore tétanisé. Et ces cris d’outre tombe comme il n’existe que dans les romans pulps de Chester.

Je crois que nous sommes tous tombés d’accord. Une épaisse fumée, ou plutôt une brume puis une lumière verte. Un homme, qui nous semblait être Philip. Et ce cris de douleur, terrifiant, quand son crane semblait s’ouvrir dans une lumière éblouissante. Puis plus rien … Nous n’avons pourtant pas rêvé, mais qui pourrait nous croire … Il doit y avoir une explication, et nous la trouverons tôt ou tard … Et cette odeur de sous-bois, l’odeur de la classe de Philip Baxter

Lundi 2 mai

Aujourd’hui, c’est l’enterrement de Philip à Swan Point. J’ai passé la pire nuit de ma vie, à ressasser cette apparition. Comment est-ce possible ? Bref, tout le monde est là, sa famille, de nombreux étudiants et nous. A la surprise de tout le monde, le juge Mortimer Braddock a informé Chester qu’il était invité à l’ouverture du testament. Mais pourquoi donc ? Nous aurons rapidement la réponse.

Après avoir adressé nos condoléances, Angela Vincenzo nous a proposé de venir boire le thé dans la demeure de Philip Baxter. Cette mort si brutale et cette apparition nous poussera à fouiller les affaires de ce regretté Philip. Je reste mal à l’aise de la chose, mais la curiosité, tout ce mystère, cette apparition. Je ne saurai rester sans réponse. Et paradoxalement, j’ai déjà fait bien pire … cette affaire de moeurs avec le père de Georges … pourvu qu’il ait oublié …

La bibliothèque de M. Baxter est impressionnante. On y trouve de nombreux ouvrages astronomiques ainsi que de nombreux textes d’anthropologie. Silas Patterson y est aussi présent. Je ne savais pas qu’il avait publié à ce point au sujet de l’anthropologie. Mais plus intéressant, nous trouvons le journal intime de Philip Baxter ainsi qu’un sachet de drogue.

Mardi 3 mai

Notre visite chez Philip fût trop brêve. Cette chère Angela nous ayant proposé de revenir, nous n’hésitons pas. Il doit rester de nombreuses choses à découvrir. Georges est rentré de voyage et nous le retrouvons sur place. Malheureusement pour moi, il se rappelle parfaitement mon article sur les frasques de son père. Dommage qu’il soit si influent, j’aurai bien fait un autre article … mais il me causerait plus de tords que le précédent … Il se calmera …

Georges tient Angela à distance pendant que nous fouillons l’étage. Malheureusement, il nous est difficile de trouver grand chose. Il nous faudrait bien plus de temps … d’autant que Chester passe encore tout son temps à vérifier qu’entre chaque page de Piscou Magazine il n’y a pas un message secret … Les ravages des romans pulps … Et pendant ce temps, Georges bouffe des gâteaux … « Ho, ma chère Angela … vos gâteaux sont si excquis ». Non, vraiment, je ne suis pas aidé dans notre enquête …

Des bruits de pas, c’est Georges qui a terminé de manger. Je lui aurai bien demandé s’il avait enfin terminé, mais il l’aurait sans doute mal prit … Allons donc voir ce grenier. « Passez devant mon chez Jonathan … ». Mais quel peigne cul hypocrite … et puis on ne voit rien dans ce grenier. Mais une ombre, impressionnante. Peut être un rat ? Alertant Georges, il regarde cette ombre qui se rapproche. Mon dieu, quelle horreur, cette araignée est énorme …

N’ayant rien d’autre sous la main, je brise un grand tableau sur la bête. Ou je suis malchanceux ou … toujours est-il que la bête saute sur Georges. Pan … Si tout le monde n’est pas averti … Mais la bête s’enfuit dans l’escalier. Alerté par tant de rafus, c’est Melchior qui l’écrasera. Mais tout deux sont blessés et commencent bientôt à trembler. Ils sont bouillants. Nous alertons Angela et les transportons à la cave. Il y a une grande baignoire, l’eau les refroidira.

Angela appelle le Dr. Douglas Walters. On conduit nos deux compagnons à l’hopital. En remontant dans le grenier, nous trouvons des oeufs, un tas énorme. Nous brulons tout cela dans le jardin. Angela ne semble pas tout comprendre mais est bien conciliante et nous donne un seau et nous aide à mettre le feu. Imaginez le ravage que ça aurait pu être si ces oeufs avaient donné naissance à de telles araignées.

D’ailleurs, quelle est donc cette caisse dans la cave ? Les araignées auraient-elle pu venir par là ? Cynthia Baxter étant toujours dans les Indes, elle aurait pu envoyer cette créature par mégarde ?

Mercredi 4 mai

Une visite à l’université nous apprendra qu’il s’agit d’une araignée préhistorique. Le professeur n’en démordra pas. Il est absolument impossible que cette bête ait pu être vivante … Qu’importe, je sais ce que j’ai vu … aussi impossible que cela puisse paraître. Georges et Melchior se remettent tranquillement à l’hopital.

Nous nous renseignons aussi sur la mystérieuse caisse. Elle aurait transité ailleurs. Nous y sommes allés, mais je ne sais plus ce que nous avons appris. Fichue mémoire … Peut-être retrouverai-je des notes plus tard …

Jeudi 5 mai

Ouverture du testament de Philip Baxter.

Vendredi 6 mai

Rhode Island Hospital

Melchior prétexte une blessure toujours douloureuse pour retourner au Rhode Island Hospital. Nous y trouvons un Dr Douglas Walters fort occupé, mais il nous accorde quelques minutes. La blessure sera vite guérie, même si elle laissera des marques. Nous tentons de savoir si l’araignée pourrait être la cause du décès de Philip Baxter. La question semble délicate, nous ne voudrions pas qu’il croit que nous l’accusions de ne pas avoir constaté la mort comme il se doit. Chester met les deux pieds dans le plat, mais le Dr. Walters n’en démort pas, Philip était bel et bien mort.

J’aperçois le dossier de Cynthia et repense soudain aux évènements du passé. Elle avait été gravement malade à l’âge de 12 ans. Surpris d’une si bonne mémoire, le Dr. Walters m’ouvre le dossier. Effectivement, il pourrait s’agir de la même araignée. D’ailleurs, Philip Baxter avait lui aussi des morsures à la tête … Nous craigons qu’il n’ait été enterré vivant, tout du moins dans le coma. En effet, les visions de Georges remontent au lundi soir. Dans certaines tribus, il serait possible d’avoir des visions à l’instant même de la mort d’un être cher.

Mais le plus inquiétant, comment une telle araignée a t-elle pu rester inaperçue aussi longtemps. C’était il y a plus de 20 ans … Y a-t-il d’autres araignées en liberté ? Nous aurons aussi des précisions quand les analyses de sang de Melchior seront terminée. Il faudra compter 15 jours.

TODO : récupérer les résultats des analyses de sang, le 21 mai

Maison de Francis Wilson

Francis Wilson devrait pouvoir nous aider à l’aide de ces connaissances linguistiques. Nous trouvons son adresse dans le botin et nous rendons chez lui, mais n’y trouvons personne. La curiosité nous poussant encore, nous rentrons par effraction. Un fil blanc tombe au sol. Le monsieur doit être quelque peu parano. Quoi qu’il puisse l’être à juste titre … au regard de notre intrusion.

A l’étage nous trouvons quelques extraits traduits. Les Grands Anciens. Les récits Phnakotiques. Il nous faudra trouver des explications. Peut être à l’université ? Nous saccageons la salle de bain, y prenons toutes les drogues et partons. Espérons qu’on suspectera un drogué …

Brown University

Arrivé à l’université, nous ne trouvons pas grand chose. La salle des profs peut être ? Cette fois-ci, la porte aura été plus solide que mon épaule. Le vigile ? Il est difficile à convaincre, mais nous y parvenons. Nous ne trouvons que des lettres de condoléances. Profitons de ce prétexte pour nous rendre chez Julian Baxter.

Maison de Julian Baxter

C’est le pousseur de chaise qui nous ouvre. Il va cherche Julian qui nous acceuille assez surpris. Nous lui adressons les lettres et il nous invite à entrer. Melchior en profite pour lui parler des rêves. Son métier est un bon prétexte, mais Julian reste surpris de nos questions. Les Grands Anciens ne lui disent rien. Cependant, il accepte de nous aider dans notre quête de rêve bien qu’il nous souligne à plusieurs reprises l’absence de garantie de résultat.

En revanche, le pousseur de chariot ne semble pas insensible aux Grands Anciens. Dommage qu’il soit diminué. Il sera difficile de l’interroger.

TODO : revenir pour une séance de rêves, mardi prochain

2 mai 1927 (journal 09:00)

Lundi 2 mai 1927 – matin

Je pars avec Melchior pour les obsèques. J’espère dénicher plein de renseignements là bas… Je cherche des concepts de personnages féminins. Je sais que Baxter avait une fille j’espère qu’elle sera là. Nous passons chercher la gerbe de l’Ordre des Chevaliers du Zodiaque et des Lettres, ensuite direction Swan Point. On n’oublie pas le costume noir et le carnet de notes.

Notes – Mise en place personnages

L’énigme de l’archéologue  – Mise ne place personnages

Melchior -> Gaspard Folley, magicien renommé, 25 ans, grand, athlétique, fils d’un militaire anglais, très doué pour la boxe, nombreuse conquêtes

Jonathan -> Peter Coffin, reporter/chasseur de trésor, 28 ans, taille moyenne, poids moyen, charmant, a perdu son frère lors de sa dernière expédition en Australie

Moi -> Alan Arthur, anthropologue/aventurier, 24 ans, grand, bien fait, professeur à l’université à ses heures perdues, entre quelques voyages

Philip Baxter -> William Baxter, archéologue, disparu? assassiné?, mentor d’Alan Arthur

Zone de l’action : New York, ref. Gatsby le magnifique [chercher le bouquin dans la bibliothèque]

Points importants : Action et sexe (se vendra mieux que Le Signe Annonciateur)

L’énigme de l’Archéologue – Extrait 1

Gaspard remontait tout juste de la cave avec une bouteille de whiskey quand l’air ambiant se chargea d’ozone. Peter et Alan, les sens en alerte se levèrent d’un bond. Une odeur d’humus inonda la pièce et une brume pâle et verdâtre glissa sur le plancher de  bois. Plusieurs silhouettes parfaites, ombres délicieuses, apparurent et entamèrent une danse lascive aux sons des tambours. La symphonie tribale éveilla les corps et les esprits. Gaspard laissa tomber la bouteille d’alcool en un fracas retentissant et tenta de s’approcher de l’une des jeunes femmes. Le rythme des tambours s’accentua, l’odeur encore faible jusqu’alors pris les trois hommes à la gorge. Ça sentait l’humidité, les arbres, ça sentait la jungle. Le sang de reporter chevronné de Peter ne fit qu’un tour.

– Attention mes amis, ce me semble être l’Amazonie… Cette odeur… Je ne peux me tromper. Reculez! Peut-être sont-ce les bien connues amantes cannibales!

Alan ne bougea pas, sa main se positionnant sur son holster. Gaspard recula. Les corps des femmes disparurent comme soufflés par la déclaration de Peter Coffin. Une autre silhouette, plus grande, plus claire, apparut alors au centre de la pièce. Bon sang ! Il s’agissait bien de William Baxter, l’illustre archéologue et mentor d’Alan.

– Monsieur Baxter ! C’est Alan, Alan Arthur, votre élève !

– N’approche pas petit ! hurla la silhouette en tombant au sol.

L’ombre fut parcourue de rais de lumière verte. Le corps semblait incandescent, irradiant d’une terrible force primitive. Le cri de douleur atroce du vieil archéologue vrilla les tympans de nos héros, qui, courageusement, ne détournèrent pas le regard une seconde. Ils eurent tout le loisir de voir William, image même de l’horreur, se faire fendre le crâne par quelque obscure magie. Une lueur olivâtre suintait comme du pus du trou béant de la tête du pauvre fantôme de fumée. Dans un crissement inhumain, la vision disparut, laissant nos trois jeunes hommes sur le qui-vive.

 

2 Mai 1927 (journal 07:00)

Lundi 2 mai 1927 – matin

J’ai une idée! Je vais tout écrire. Je me suis levé à l’aube rien que pour ça, ça a dû me travailler toute la nuit. Je vais écrire tout ça et ce sera mon prochain roman à succès. Je vais pouvoir en écrire un morceau avant de partir pour le cimetière de Swan Point. En tous cas il ne faut plus lâcher le carnet de notes. il ne faudrait pas rater quelque chose.

1er Mai 1927 (journal 23:50)

Dimanche 1er mai 1927 – nuit

Ce matin c’était un dimanche matin comme les autres. L’église a sonné la messe à 10h30 et c’est là que je me suis levé. Il ne s’est rien passé de bien palpitant jusqu’à la réception de l’Evening Bulletin du Daily Providence Journal :

article-deces-philip-baxterBaxter est mort. Soit disant d’une maladie subite. Ça m’a fait un choc. Je ne l’avais pas vu depuis l’année passée mais tout de même. J’avais suivi ces cours assidûment à l’université et il m’a tellement aidé pour rédiger mes nouvelles. Sans parler du Signe Annonciateur. Sans lui rien n’aurait été crédible. Melchior est secoué aussi, après tout il le connaissait bien.

Finalement on a décidé d’organiser une soirée « Mémoire » en l’honneur de notre illustre membre honoraire. Beaucoup ont répondu qu’ils viendraient, le téléphone a chauffé à Providence aujourd’hui. Jonathan, notamment, nous a rejoint directement au club.

On était une trentaine finalement. Et comme à notre habitude il y avait de l’alcool… trop peut-être. A la fin de la soirée nous  n’étions plus que Melchior, Jonathan et moi. Et je pense qu’on a eu une hallucination collective. On a cru voir Philip Baxter dans un genre de fumée verdâtre en train d’agoniser. On a du trop boire, je ne vos pas bien comment ça peut être possible autrement. Quoiqu’il en soit ça nous a bien refroidi. On a pris un taxi pour rentrer. Là Melchior est couché, il m’a filé un de ces grigris indiens pour que je dorme bien. Y’a pas de raison de toutes façons. Mais je voulais quand même remplir le journal. De toutes façons on se revoit tous demain pour les obsèques, on aura l’occasion d’aborder le sujet… Car on ne l’a pas trop fait tout à l’heure.

Ce qu’il s’est passé cette année.

USA

  • 7 janvier : Le premier service de téléphonie par câble transatlantique entre Londres et New York est ouvert au public
  • 17 février : Le Congrès des États-Unis vote les McNary-Haugen Bill, projets prévoyant la création d’un organisme fédéral chargé de racheter les excédents de six produits agricoles pour maintenir les cours. Ils sont rejetés par le président le 25 février
  • 5 mars : départ de 1000 Marines conduit par le général Smedley Butler en Chine pour protéger les intérêts américains. Ils arriveront à Shanghai le 25 mars
  • 14 mars : Création de la compagnie aérienne Pan American Airways
  • 7 avril : La compagnie Bell Telephone transmet des images et des sons de Washington à New York
  • 22-30 avril : Grande crue du Mississipi, elle continue encore.

Europe

  • 5 avril (Royaume-Uni) : loi sur les relations de travail (Trade Disputes Act) interdisant les grèves de solidarité et les grèves générales.

Chine

  • 7 janvier : les nationalistes occupent les concessions britanniques
  • 22 février : comptant sur l’arrivée des troupes nationalistes qui viennent de s’emparer de la concession britannique de Hankou, les communistes lancent l’ordre d’insurrection qui échoue le 24 février face à la répression. Les troupes nationalistes s’emparent de Shanghai puis entrent dans Nankin le 22 mars où des Européens sont massacrés.
  • 26 mars : à Shanghai, Tchang Kaï-chek demande le retrait des troupes internationales.
  • 12 avril : Tchang Kaï-chek lance l’offensive sur les syndicats procommunistes de Shanghai. Massacre de Shanghai et purge des éléments de gauche du Guomindang.
  • 18 avril : exclu du Guomindang par Wang Jingwei, Tchang Kaï-chek forme à Nankin un gouvernement nationaliste modéré avec l’aile droite du parti.
  • 27 avril : lors du 5e congrès du Parti communiste chinois, auquel assiste une délégation du Komintern, l’alliance avec le Guomindang de gauche est maintenue.

Extraits du livre d’Eibon

A travers la fenêtre ainsi créée, j’ai contemplé la destruction de l’Humanité et de son avenir. J’ai vu le pouvoir qui en serait la cause, et qui fut la cause de biens des changements dans les temps anciens. Grâce à ce pouvoir, j’ai pu ériger deux grands filets, afin de ralnetir l’Entité à l’origine de ce désastre à venir, voire de la stopper définitivement. Une fois cette créature prisonnière, ma magie pourra nous éviter la destruction qui nous était annoncée, en arrêtant le Temps et en cristallisant l’Espace autour de notre Soleil et de notre Monde. L’Âge d’Or de l’Homme ne connaîtra pas de fin, protégé de la fureur des Dieux Extérieurs.

[…]

Car Ubbo-Sathla est la source et la fin. Avant la venue de Zhothaqquah ou de Yok-Zothoth ou de Kthulhut des étoiles, Ubbo-Sathla demeurait dans les marécages écumants de la Terre nouvelle née ; une masse sans tête ni membres, engendrant les têtards gris et informes de l’origine et les hideux prototypes de la vie terrestre… Et toute la Terre est-il dit devra faire retour, à travers le grand orbe du temps, à Ubbo-Sathla.

[…]

Ce sorcier, qui était puissant entre les magiciens, avait trouvé une pierre nuageuse de la forme d’un globe et quelque peu aplatie aux extrémités, dans laquelle il pouvait contempler bien des visions du passé terrestre, remontant même jusqu’au commencement de la Terre, au moment où Ubbo-Sathla, la source engendrée, gisait, immense, énorme et spumescente, dans les boues qui s’évaporaient… Mais de ce qu’il voyait, Zon Mezzamalech n’a rapporté que peu de choses ; et l’on prétend qu’il a disparu peu après, on ne sait de quelles manières ; et après lui, le cristal nuageux n’a pu être retrouvé.

[…]

Au nom d’AZATHOTH, UBBO-SATHLA, NUG, YEB, RLIM SHAIKORTH, ATLACH-NACHA, APHOOM ZHAH, SHUB-NIGGURATH, KASSOGTHA, HT’ULLS-HR-EHR, et du Maître plongé dans le sommeil par-delà la mort, CTHULHU, je te conjure et te contrains, TSATHOGGUA ! Par tous les noms qui t’assujetissent et te lient, Ô SADOGUI, Ô ZHOTAQQUAH, Ô CRAPAUD SACRE, Ô VENERABLE RAMPANT, Ô PERE DE LA VRAIE NUIT, Ô SEIGNEUR ET MAITRE SUPREME DU GOLFE NOIR DE N’KAI, Ô DIEU CRAPAUD, Ô SADOQUAE, Ô SADOGOWAH, Ô DORMEUR AFFAME, Ô SEIGNEUR DE K’N-YAN ET DE LOMAR, Ô SEIGNEUR DE YOTH, Ô TERRIBLE ET REPOUSSANT DIEU DES VOORMIS, Ô PREMIER NE DES ENTITES EXTERIEURES, Ô SADIWAH, Ô DEVOREUR DE SONGES, Ô NOIRE ABOMINATION. Moi (donne ton nom, adepte), te somme d’écouter ma litanie ! Toi, Ô TSATHOGGUA affamé, qui possède la voie au sein et au cœur des astres les plus sombres, tu viendras céans sans même attendre, pour te soumettre, et ainsi obéir, à mon autorité toute puissante !

[…]

Sortilèges de cet ouvrage

  • Appeler/Congédier Azathoth
  • Appeler/Congédier Rlim Shaikorth
  • Atrophie d’un membre
  • Contacter Kthulhut
  • Contacter une Larve Amorphe de Zhothaqquah
  • Contacter Zhothaqquah
  • Contacter Yok-Zothoth
  • Créer la barrière de Naach-Tith
  • Créer un Portail
  • Enchanter un Brasero
  • Enchanter un Couteau
  • Invoquer la Brume de Releh
  • Invulnérabilité
  • Lévitation
  • Roue de Brume d’Eibon
  • Signe de Voor
  • Contrôler la Peau
  • Nourriture de la Vie